SOUS-MENU

Les mares

Qu’est-ce-qu’une mare ?

Il s’agit d’une étendue d’eau de taille variable pouvant atteindre une surface maximum de 5 000m². Elle peut être d’origine naturelle ou anthropique et sa profondeur est en moyenne de 2m. Une mare est alimentée principalement par les eaux pluviales et parfois par une nappe phréatique. Sensible aux variations météorologiques, elle peut être temporaire.

 

Le projet se décompose en trois phases :

  1. D’Avril à Mai une première phase de récolte de données cartographiques sur les mares du territoire
  2. De Mai à Juin, une phase de terrain où chacun de ces points d’eau seront caractérisés après un rendez-vous avec le Maire des Communes concernées
  3. De Juillet à Août une phase de proposition de restauration des mares en mauvais état

 

Préalablement à la phase de sélection de mares à restaurer, la phase de recensement exhaustif des mares par prospection de terrain est nécessaire et sera réalisée par AUGER Ludivine. Le recensement n’est en aucun cas réglementaire, les mares recensées ne seront pas classées ou protégées par la réglementation. Aussi, les mares seront recensées dans le respect de la propriété privée.

Comment restaurer une mare ?

Les travaux sont définis en concertation avec les propriétaires et exploitants agricoles. Ils se résument majoritairement par les actions suivantes à adapter en fonction des souhaits des propriétaires et du contexte de la mare :

  • Abattage/Elagage
  • Débroussaillage
  • Curage
  • Reprofilage des berges
  • Régalage des vases
  • Dépollution

 

Les mares, quelles utilités ?

Autrefois, les mares ont été créées de la main de l’Homme pour un usage domestique (lessive, vaisselle, etc.) et agricole (abreuvement du bétail, rouissage du chanvre, brassage du cidre, etc.). A partir des années 1950, sous l’effet du changement des pratiques agricoles et de l’arrivée de l’eau courante, les mares ont perdu leur intérêt initial, elles ont progressivement été abandonnées voire parfois comblées sur l’ensemble de la Normandie. Aujourd’hui, on estime que 40% des mares normandes sont menacées à court terme. Or, ces petits milieux aquatiques abritent près de 15% d’espèces protégées au niveau national et continuent de remplir de multiples fonctions comme l’abreuvement secondaire pour le bétail, la prévention des inondations, l’épuration de l’eau ou encore comme support pédagogique pour l’éducation à la nature.

Un patrimoine déjà existant sur l’Intercom

Le territoire de Pré-Bocage Intercom est caractéristique du paysage bas Normand : Du bocage, des prairies, quelque plaine et pour finir des mares. En effet, on n’en dénombre pas moins de 1100 potentielles sur ce secteur.

 

Contact

Pré-Bocage Intercom
Service Environnement
02 31 77 57 48
riviere@pbi14.fr